Pourquoi s’opposer au projet de pôle environnemental de Giuncaggio ?

La réflexion du collectif qui s’est créé le dimanche 12 janvier 2016 est centrée autour d’un argumentaire qui se veut le plus objectif possible. En effet ce projet a été tenu quasiment secret depuis au moins deux ans ; il est désormais très avancé puisque dans la phase dite d’enquête publique et parait incontournable si ce n’est inéluctable par rapport au contexte de crise des déchets que vit la Cors actuellement. Néanmoins les arguments objectifs ne manquent pas pour demander l’annulation de ce projet sur ce site particulièrement fragile d’une basse vallée fluviale, véritable poumon naturel et agricole de Corte à la plaine orientale. C’est pourquoi chacun doit comprendre et s’informer la nocivité sur le long terme de ce projet qui n’est pas une solution pour la gestion des déchets en Corse. Voici une liste non exhaustive bien entendu d’arguments contre ce projet !

1/ Un dommage écologique certain : les poubelles dans le jardin de la Corse

Le projet se situe en amont, à 20 kms de la mer, de la principale zone de production agricole de Corse. Il sera implanté en bordure du Tavignanu qui avec ses affluents du Tagnone et du Corsiglese est l’une des principales ressources pour l’alimentation en eau brute de la plaine orientale. Toute pollution du fleuve aurait des conséquences dramatiques pour l’image et la commercialisation des produits de la région, mais aussi pour l’alimentation humaine et animale. Aucune expertise sérieuse ne peut prévoir la qualité d’enfouissement des déchets et l’étanchéité des casiers à plus de 10 ans. Si le projet du site prévoit une batterie de « garanties », celles-ce ne sont valables que sur le court terme et rien ne permet d’avancer que les crues du fleuves, que l’érosion naturelle ou artificielle de ses berges ne fera pas courir un risque supplémentaire à ce site. Le non tri des déchets en porte à porte pour Ajaccio et Bastia obère toute possibilité de réduire la charge et le volume d’enfouissement à terme. En cas de fuite des déchets notamment toxiques aurait des conséquences irréparables sur les écosystèmes, la qualité des eaux et l’ensemble de l’environnement de la basse vallée fluviale de Corte à l’embouchure à Aleria.

Le site choisi est de surcroit en limite de la zone Natura 2000 de la vallée du Tavignano, dans une région très rurale et très préservée. La circulation de l’air dans la vallée, et notamment les remontées de nébulosité vers les villages à la nuit tombée, seront la cause d’une pollution olfactive très pénalisante pour l’ensemble de la microrégion.

 

Au total les coûts écologiques deviendraient des couts économiques supplémentaires à plus ou moins long terme.

 

2/ Une aberration économique : un coût pharaonique

Le site envisagé se trouve à deux heures de camion d’Ajaccio et de Bastia. Il n’est proche d’aucun des principaux centres de production des déchets de l’île. Cela implique un coût de traitement démultiplié et une dépense énergétique délirante pour acheminer les déchets. Il est peu crédible de penser qu’en autorisant cette décharge les communautés d’Ajaccio et de Bastia, responsable de plus de la moitié de la production de déchets, chercheront une solution sur leur territoire respectif, ni que l’on avance sérieusement vers des alternatives à l’enfouissement.

Le cout des transport des déchets impactera toujours davantage le budget des municipalités et donc l’imposition locales des résidents.

Il ne semble donc pas possible de cautionner un système de ramassage et de traitement des ordures entièrement régi par la puissance publique et dans le même temps totalement dépendant d’opérateurs privés qui cherchent des solutions au moindre coût pour maximiser leurs profits. Si nouvelle décharge il doit y avoir, elle doit être sur du foncier public, exploitée par un opérateur public (le Syvadec devait servir à cela et pas à passer des marchés avec des entreprises) et répondant  à un cahier des charges exigeant en matière environnementale (bennage sous hangar, mise en balle, récupération des jus…).

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Pourquoi s’opposer au projet de pôle environnemental de Giuncaggio ?

  1. RIUDAVETZ Michel dit :

    Il serait judicieux de mettre en ligne une cartographie du site ainsi qu’une photo aérienne (Google earth) afin que les non concernés directement puissent mieux comprendre l’aberration de ce projet. Voir en particulier le très bon article publié par U Livente.

    J'aime

  2. PINNA dit :

    empoisonner les  » siens « pour de l’argent c’est pas courant…….C’est surtout honteux!!!!!!!cela ne sera pas possible:on a l’antidote …………………PINNA LOUIS

    J'aime

  3. Chers amis

    C’est avec un intérêt certain que nous répondons à votre sollicitation pour ce qui concerne le projet de CET sur la commune de Ghjuncaghju.
    En effet, au moment ou la Corse connait une crise sans précédent sur la gestion des ses déchets, il devient urgent et indispensable de réfléchir aux solutions à trouver et aux méthodes à mettre en œuvre.
    Notre avis est bien entendu, que l’enfouissement ne doit intervenir qu’en fin de chaine et sur un minimum de déchets, donc après une politique de tri sérieuse et efficace. Néanmoins l’urgence nous impose des solutions intermédiaires qui semblent se concentrer sur le seul enfouissement temporaire.
    Pour ce faire des solutions existent !
    Le projet de Ghjuncaghju, pourrait apparaître comme la solution idoine, cependant la situation géologique du site, celle de son environnement (au pied du fleuve et dans une zone proche de Natura 2000), de son environnement agricole (des exploitants tant en amont que en aval et sur les deux rives), de la proximité d’habitations comme des captages en eau brute et eau potable , de l’utilisation du fleuve à des fins touristiques et de loisirs le rendent totalement inopérant !!
    Via Campagnola est donc totalement opposé à la réalisation de ce projet, et sera présent auprès des membres du collectif Tavignanu vivu dans leur lutte !
    Tavignani est déjà suffisamment défiguré et surexploité pour ne pas avoir à le mettre encore un peu plus en péril !

    Syndicalement votre VIA CAMPAGNOLA

    J'aime

  4. Franceschi Marc dit :

    Nous comptons bien sûr sur les syndicats agricoles très concernés par ce dossier, veuillez être présents aux réunions régulières du comité

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s